Publié le : 15 juin 202314 mins de lecture

Avant de choisir une assurance pour votre habitation pour votre résidence principale, votre résidence secondaire ou encore votre mobil-home de vacances, il est conseillé de bien se renseigner et de comparer plusieurs propositions d’assurance afin d’être sûr de sélectionner la police qui répond le mieux à vos besoins. Il existe de nombreuses compagnies d’assurance, alors on vous donne un coup de main à travers 4 points de vigilance que nous trouvons essentiels dans la souscription d’une assurance habitation.

Assurance habitation : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance habitation est un produit d’assurance multirisque visant à protéger ceux qui la souscrivent contre tout type d’événement imprévu pouvant générer de lourds dommages économiques, comme par exemple le vol d’objets précieux conservés dans le logement, l’effondrement du bien, explosions, incendies, inondations ou problèmes graves liés à des pannes d’usine.

Si des événements de ce type se produisaient, les dommages économiques seraient difficiles à éteindre pour le propriétaire du bien en ne comptant que sur ses propres ressources économiques. En l’absence d’assurance habitation, la liquidation de ces dommages n’est donc pas toujours possible, surtout lorsqu’une dépense monétaire importante est requise.

L’assurance habitation représente donc un investissement qui vient à la rescousse en cas d’événements désagréables qui échappent à notre responsabilité, comme les cambriolages, les incendies ou les catastrophes naturelles .

Lorsque vous décidez d’investir dans un bien immobilier, souscrire une assurance pour garantir votre habitation en cas de risques liés à la responsabilité civile et aux dommages causés par des éléments extérieurs est donc un choix judicieux.

Comment fonctionne une assurance habitation ?

Il existe différentes formules d’ assurance habitation , avec des coûts, des plafonds et des garanties différents. Les politiques d’accueil offrent de nombreuses options de personnalisation, s’adaptant à vos besoins. Cela signifie que, lors de la stipulation du contrat d’assurance , vous pouvez choisir d’ assurer votre habitation contre des situations particulières en fonction de vos besoins personnels et des caractéristiques du bien.

Comme mentionné, l’assurance habitation se définit comme multirisque car, avec un seul contrat, elle permet de couvrir des risques même très différents, tels que :

  • feu
  • cambriolages à domicile
  • responsabilité civile des biens et/ou de la vie privée
  • les événements naturels qui endommagent la propriété
  • pannes et détérioration des systèmes
  • assistance juridique et protection.

Par exemple, si vous habitez à proximité d’un cours d’eau, dans une zone sismique ou particulièrement sujette aux catastrophes naturelles, il est conseillé de souscrire une assurance contre les catastrophes naturelles.

Il est possible d’étendre la couverture d’assurance également aux dommages causés involontairement au voisinage et aux frais de justice en cas de litiges liés à la propriété.

Combien coûte une assurance habitation ?

Il existe différentes formules et garanties : allant du vol à l’incendie, en passant par les dommages causés par les catastrophes naturelles jusqu’à la responsabilité civile des tiers. Le coût dépend ensuite des compagnies d’assurances, mais on peut dire qu’en moyenne une assurance habitation peut avoisiner les 500 euros par an. Pour choisir celui qui correspond le mieux à vos besoins, il est toujours judicieux de vous tourner vers des professionnels, comme votre conseiller en assurance de confiance, ou vous pouvez demander conseil au conseiller immobilier qui a suivi l’achat de la maison, et vous pourrez consulter les sites Web qui comparent les prix des différentes compagnies d’assurance afin d’en trouver une moins chère. Vous pouvez demander un devis en ligne en saisissant vos données habitation et vous obtiendrez diverses propositions d’assurance habitation à analyser avec soin.

Assurance habitation : propriétaire VS locataire

Si vous êtes locataire ou propriétaire, vous savez très bien que vous pouvez vous retrouver dans des situations désagréables pouvant causer des dommages, à votre logement ou à des tiers.

Pour cette raison, il est important de vous protéger avec une police responsabilité civile. Il existe deux types : responsabilité civile locataire et responsabilité civile propriétaire.

La responsabilité civile propriétaire est une assurance qui couvre les dommages que la maison de votre bien peut causer aux tiers, qu’il s’agisse de personnes ou de choses. Par exemple, si un vase tombe sur le trottoir de votre domicile et heurte un passant ou une voiture, le propriétaire vous indemnisera pour les dégâts.

La responsabilité civile locataire, quant à elle, est une assurance qui couvre les dommages que vous, en tant que locataire ou colocataire, pouvez causer à la maison louée ou à des tiers. Par exemple, si vous laissez le gaz ouvert par inadvertance et que vous provoquez une explosion qui endommage la maison ou l’immeuble, la compagnie d’assurance responsabilité locative vous indemnisera pour les dommages.

Ce qui différencie les deux polices, c’est que la responsabilité du propriétaire couvre les dommages causés au logement, tandis que la responsabilité du locataire couvre les dommages causés à l’intérieur du logement. De plus, le propriétaire responsabilité civile ne protège pas le propriétaire des dommages causés par le locataire, tandis que le locataire responsabilité civile ne protège pas le locataire des dommages causés par des facteurs externes. Pour cette raison, il est conseillé aux deux parties de souscrire une police adaptée à leurs besoins.

Inclusions et exclusions des assurances habitation

Avant de décider de souscrire à l’assurance habitation, vous devez savoir si celle-ci comporte des garanties concernant les situations suivantes :

  • incendie de la maison et de son contenu ;
  • les remboursements en cas de fuites d’eau et pour la recherche et la réparation des défauts causés ;
  • le remboursement des dommages dus aux courts-circuits électriques, en cas de pannes ou de surtensions pouvant endommager les différents appareils électroniques de la maison ;
  • les remboursements d’actes de vandalisme ou de dommages aux portes, fenêtres, balustrades, murs et installations causés par des voleurs ;
  • remboursements en cas de bris de cristaux, verres ou matériaux transparents ;
  • les remboursements des dommages causés par les animaux ;
  • remboursements en cas de conditions météorologiques excessivement mauvaises, telles que la grêle et les fortes pluies susceptibles d’endommager les fenêtres et les balcons ou tout mobilier pouvant se trouver sur la terrasse, les tornades, la foudre pouvant endommager le système électrique ou les câbles électriques, et les charges lourdes les chutes de neige, alors que les dommages causés par les crues, crues ou crues ne sont pas assurés ;
  • les remboursements des dommages que votre habitation peut causer à des tiers, tels que infiltrations d’eau, inondations, chutes d’objets depuis les terrasses ou balcons ;
  • remboursements pour vol d’objets d’une certaine valeur économique présents à l’intérieur de la maison, tels que des meubles importants ou des appareils électroniques ;
  • la responsabilité civile de la famille, une clause destinée à couvrir les dommages causés par les habitants de la propriété à des tiers à l’intérieur ou à l’extérieur du logement ;
  • Une assistance 24 heures sur 24 doit être assurée et prévue dans le contrat pour obtenir toute information ou s’il est nécessaire de trouver des techniciens spécialisés.

Concernant les garanties de dommages électriques, ou de dommages causés par l’eau ou le feu, la certification appropriée doit être donnée à la compagnie d’assurance que les systèmes de la maison sont disposés conformément à la loi ; de plus, il faut bien réfléchir à la durée pendant laquelle vous souhaitez souscrire l’assurance : dans ce cas il est conseillé de choisir l’échéance annuelle du contrat car vous auriez plus de liberté pour éventuellement changer de compagnie si vous ne vous sentiez pas à l’aise avec celui choisi précédemment.

Avant de stipuler le contrat, il faut non seulement faire attention aux garanties incluses mais aussi à celles exclues : en effet, un paragraphe spécial leur est généralement dédié. Enfin, il faut également faire attention à toute couverture légale des dommages causés à des tiers, qui pourraient vouloir faire usage de leurs droits et vous poursuivre pour les dommages subis : si cette clause était présente, le montant de la prime augmenterait ensemble de garanties.

Les plafonds : un élément essentiel de l’assurance habitation

Un élément essentiel pour pouvoir identifier la police habitation la mieux adaptée à vos besoins est représenté par l’analyse du plafond. Cette analyse doit être effectuée pour toutes les garanties incluses dans l’assurance habitation afin d’évaluer la commodité effective du contrat qui sera activé.

Le plafond est le montant maximum d’indemnisation que la compagnie d’assurance paiera pour chaque type de sinistre couvert par la police habitation. Par conséquent, chaque police aura une limite spécifique pour chaque événement pour lequel le preneur d’assurance est assuré. Les montants excédant le plafond ne seront pas indemnisés par l’entreprise et devront être couverts par l’entrepreneur, en utilisant ses propres ressources économiques.

Afin d’évaluer la commodité effective d’un contrat d’assurance habitation, il est donc très important de garder l’analyse des plafonds en très forte considération. Par exemple, si l’assurance habitation que vous vous apprêtez à activer couvre les dommages dus au vol mais avec un plafond très bas, cette couverture n’aura que peu de valeur.

De la même manière, si le contrat habitation inclut une garantie pour les dommages dus à des tremblements de terre ou autres types de phénomènes naturels, mais avec un plafond bien inférieur à la valeur du bien et aux coûts des éventuelles réparations, il sera nécessaire de réévaluer sa commodité.

En règle générale, le plafond d’un contrat d’assurance habitation peut être modulé en fonction des besoins du client. Les compagnies proposent en effet une couverture d’assurance avec des plafonds spécifiques et l’entrepreneur a la possibilité de demander une augmentation d’un ou plusieurs plafonds contre une augmentation de la prime d’assurance.

Assurance habitation et incendie : que couvre-t-elle ?

Parmi les événements les moins fréquents mais les plus dommageables pour notre habitation, le feu occupe certainement la première place. Un incendie peut être provoqué par une distraction anodine, une cigarette laissée allumée par exemple, ou par un dysfonctionnement du système électrique dû peut-être à des phénomènes atmosphériques.

La police incendie couvre les dommages causés aux biens et installations domestiques, au mobilier et aux objets précieux par les incendies, les explosions et les explosions provoqués par :

  • fuites de gaz
  • foudre ou événements atmosphériques similaires
  • chutes de tension
  • décharges actuelles
  • des courts-circuits
  • coups soniques.

L’ assurance ne couvre pas les dommages causés par des flammes qui se sont déclarées par distraction, négligence, inexpérience et comportement irresponsable, comme par exemple un mauvais entretien de la chaudière, des cigarettes non éteintes ou du gaz laissé allumé par négligence.

En cas d’incendie, informez la compagnie d’assurance par lettre recommandée avec accusé de réception et conservez factures, reçus, photographies et tout ce qui peut aider à estimer la valeur des biens endommagés.

Assurance habitation et vol : que couvre-t-elle ?

L’ assurance vol indemnise les dommages subis à l’intérieur de la maison et les frais de remise en état des parties cambriolées ou cambriolées. Pour faire l’objet d’une indemnisation, le vol doit avoir eu lieu avec effraction ou effraction dans les moyens de verrouillage pour protéger la maison. Si les portes et les fenêtres sont laissées ouvertes, laissant la maison sans surveillance, la compagnie d’assurance n’est pas tenue de rembourser les dommages causés par le vol dans la maison.

La politique de vol couvre également les vols qualifiés et les agressions qui peuvent se produire à l’extérieur de la maison. En cas de cambriolage, suivre scrupuleusement la procédure prévue par la police, sous peine de perte de remboursement. La plainte déposée au commissariat a valeur de preuve.

L’assurance qui est stipulée pour la propriété dépend strictement des caractéristiques de la propriété elle-même : si des voleurs entrent dans la maison et divers objets sont volés sans toutefois casser les portes et les fenêtres pour entrer dans la maison, l’assurance ne rembourse pas les dommages causé par le vol.

Ainsi, après la souscription du contrat, il convient d’estimer précisément la valeur totale des biens situés à l’intérieur de la maison, y compris les meubles, les objets de valeur et les appareils électriques, de communiquer tout achat d’une certaine valeur postérieur au contrat afin de modifier le plafond de l’indemnisation si vous subissez un vol, conservez des documents ou des reçus ou même des photographies des biens présents dans la maison et qui sont inclus dans la stipulation. Cependant, si certains d’entre eux ont été donnés, il est préférable d’avoir une déclaration de leur valeur économique auprès du vendeur de l’article.

Si vous subissez un vol, vous devez tout d’abord procéder au signalement à la police et fournir non seulement la liste des objets manquants mais aussi leur valeur économique, sans trop vous forcer la main puisque si vous déclarez un faux montant vous deviendrez passible du droit des poursuites. En outre, une copie du procès-verbal doit être immédiatement remise à la compagnie d’assurances à laquelle elle doit suffire à garantir les biens illicitement volés et leur valeur correspondante.

Malheureusement en matière de vol, pour éviter que l’assurance ne reconnaisse pas l’étendue du dommage, il faut procéder de manière à ne pas se retrouver dans la condition d’avoir subi le dommage et aussi l’injure de ne pas être remboursé du vol immédiatement. En outre, il est également possible de remplacer la valeur des biens assurés par de nouveaux biens qui sont soit égaux aux biens volés, soit d’une valeur économique équivalente.